L’histoire des portiques

Prendre l’avion, c’est simple. A part les heures d’attente à l’enregistrement, la petite goutte de pipi qui s’échappe à chaque turbulence, le seum de devoir jeter l’huile solaire à 46 euros parce que t’as oublié de la mettre dans la valise, et le seum de racheter la même en Duty free à 53 euros, franchement c’est détente. Ce jour-là, je passe les portiques, ça sonne. J’avais pourtant retiré ma ceinture, ma bague, carrément en chaussettes dans l’aéroport, qu’est-ce que ça pouvait être ? J’ai oublié de préciser qu’il y a quelque temps de ça maintenant, j’ai subi une opération du dos, qui nécessitait le port de broches, comme de barres en métal, autour de la colonne.

Oui, j’ai sonné, non je n’avais pas d’objet en métal SUR moi, vas-y cherche pour voir.

L’histoire du chien : http://uneliliaparis.com/2017/02/23/lhistoire-du-chien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s